Bandeau
Les Archives André Arru
Slogan du site
Descriptif du site
par SKS
Article mis en ligne le 8 juillet 2018
dernière modification le 6 mai 2018
Rubrique : Archives - textes et citations sur André Arru

A l’occasion de notre courte rencontre d’hier, j’ai appris que vous prépariez, en souvenir d’André, un petit travail de mémoire.

Dans les années 50, André venait souvent à Nice, pour son travail ou pour l’activité militante. A chaque passage, il rencontrait les amis. C’était des soirées amicales, chez l’un ou l’autre, ou au cours de la réunion du Groupe. A cette époque il y avait dans notre ville de nombreux camarades italiens et espagnols, ayant laissé leur pays avant la guerre, et établis en France. Cela apportait une bonne relation avec les groupes italiens jusqu’à Gênes. Par André, nous avions les contacts avec les amis de Marseille et Toulon.

A Nice il y avait d’anciens militants pacifistes âgés. G. PIOCH, GOUTTENOIRE de TOURY. Un écrivain connu, Paul REBOUX, très sympathique, bien que très éloigné de nos idées, avait accepté de participer à nos réunions sur le plan pacifiste. Il me disait un jour « J’ai beaucoup écrit … mais je souhaite que deux livres restent : Les Drapeaux, où il fustigeait la guerre (de 14 pour lui) et Trop d’Enfants ».

Nous avions également LOUZON et sa compagne, celle-ci plus près de nos idées. Sans oublier LECOIN qui à Vence nous a permis de rencontrer quelques journalistes et artistes, dont TRENO du « Canard ». Ce dernier nous a bien aidés au cours de la grève de Lecoin pour l’obtention du statut des Objecteurs. Un jour, André vient à la maison et me demande si nous pourrions faire signer à Nice quelques noms connus pour appuyer une action. Après quelques visites traditionnelles, André me dit « Si nous tentions Prévert » à l’époque à Vence. J’avais eu l’occasion de le rencontrer, alors nous partons… Prévert nous reçoit sans façons et accepte de signer. Puis il nous demande ce que nous faisons dans la vie courante. André lui dit qu’il était représentant en jouets. Je vois encore Prévert bondir de joie. La conversation prend un tour inattendu. Il adore les jouets, pour leur invention, pour la joie qu’ils procurent. Enfin, il nous sort sa collection, nous présente ses découpages. Et comme toujours, la conversation entraîne et nous nous retrouvons sur la route de Russie où il était allé, avec un groupe d’artistes dans le début des années 20. Inutile de préciser notre intérêt pour les souvenirs et la parole agréable de Prévert. L’après-midi s’avance et quand nous sortons André me dit « Bon, ma journée est finie, mais c’était formidable ». C’était un peu la récréation et nous ne regrettions pas le temps passé avec cet artiste au parcours assez impressionnant. Sans aucun doute, André avait préféré cette rencontre aux contacts avec la Libre Pensée niçoise de l’époque. Composée de retraités, d’ un ambassadeur, de fonctionnaires et de militaires, tous anticléricaux, mais éloignés de la Pensée Libre telle que nous la ressentions. Sortant un jour d’une de ces réunions, André qui avait souvent le mot juste, me dit « On va avoir de beaux enterrements civils … mais n’espérons rien de plus … ». Heureusement, quelques années plus tard, les enterrements ayant eu lieu, la Libre Pensée s’était un peu rénovée.

Il reste peu de copains de cette époque encore en vie. Certains sont partis de Nice, les plus anciens disparus. Un groupe anar vit bien. La Libre Pensée ronronne un peu. Pour ma part, après mon opération et … bientôt 84 ans, je suis moins …présent. Ce qui n’empêche pas de se rappeler les moments agréables. Et avec André, certaines conférences étaient un plaisir autant qu’une action militante. Bon, c’est avec les excellents souvenirs que l’on accepte mieux certaines gènes dans la vie et les déplacements moins fréquents et moins faciles.

Bien amicalement à toute l’équipe de Marseille.
28.01.2003
Roger PAON [1]

par SKS
Article mis en ligne le 27 mai 2018
Rubrique : Archives - textes et citations sur André Arru

Le texte présenté ici fut publié dans le numéro spécial « André Arru » de La Libre Pensée Autonome des Bouches du Rhône d’avril 2003. Il est le second, par ordre alphabétique, des témoignages d’amis ayant bien connu André qui avaient été recueillis, complétant une biographie de quelques pages, première esquisse d’un travail de longue haleine devant aboutir à la réalisation d’un livre [1] qui parut en 2004.

J’ai connu André en 1945 à Toulouse pendant le Congrès de la F.I.J.L. Il y avait peu de temps qu’il était revenu à Toulouse avec sa compagne Julie, réfugiée espagnole. Nous avons tout de suite sympathisé, et guère après on s’est retrouvé à Marseille où il est retourné définitivement. Conséquent avec ses désirs et ses idées, il nous a laissés volontairement, avant – comme il nous l’avait toujours dit – de se voir complètement diminué. Il a eu le courage de ses convictions.

J’ai été pendant plus de cinquante ans en relation avec lui et sa compagne actuelle Sylvie. Qui ne se souvient ! au nom de la Libre Pensée, après la Libération et les années suivantes, des fameux débats qui se faisaient à Marseille, fréquentés par de nombreux amis et autres. Le verbe fort, sûr et (...)

par SKS
Article mis en ligne le 5 mai 2018
dernière modification le 6 mai 2018
Rubrique : Archives - textes et citations sur André Arru

Le texte présenté ici fut publié dans le numéro spécial « André Arru » de La Libre Pensée Autonome des Bouches du Rhône d’avril 2003. Il est le premier, par ordre alphabétique, des témoignages d’amis ayant bien connu André qui avaient été recueillis, complétant une biographie de quelques pages, première esquisse d’un travail de longue haleine devant aboutir à la réalisation d’un livre [3] qui parut en 2004.

Une petite page en souvenir...

« C’est juste une petite page, quelques lignes à écrire en guise de souvenir » que Sylvie me demande pour le Bulletin … et une nouvelle fois sa voix résonne dans l’appareil téléphonique, formulant la même requête ! Et voilà que les autres amis qu’elle a sollicités ont (...)

Article d’André Arru paru sur La Libre Pensée des Bouches-du-Rhône n° 5, octobre 1970
par SKS
Article mis en ligne le 24 septembre 2017
Rubrique : André Arru, articles publiés dans la presse libertaire, pacifiste, libre-penseuse.

Bien sûr, certaines choses ont changé dans ce monde que notre ami voulait voir meilleur : les noms, les références par exemple. Nixon n’est plus le président des USA, mais l’actuel chef de la Maison Blanche n’a rien à lui envier, et fait craindre un embrasement général.

Les propos d’André Arru, ses réflexions, sa condamnation sans équivoque ni exception de la violence et de l’oppression, restent d’actualité. Tout comme cette tentation de s’isoler, tentation finalement écartée.

Parfois, un peu lasse, cette pensée : "à quoi bon" vient me visiter. Et puis, je découvre que tel livre prêté à un(e) ami(e), telle causerie, tel propos échangé a eu un retentissement. Rien que cela est suffisant pour ne pas lâcher prise.

Un Monde à changer

Il est de plus en plus difficile à un être qui tente d’être guidé par une éthique de raison, de fraternité et de progrès social, de trouver son équilibre dans une société chaotique qui semble vouloir briser la gangue de ses contradictions mais qui donne beaucoup plus l’impression de se dissoudre que de se (...)

Un témoignage d’André Arru.
par SKS
Article mis en ligne le 17 janvier 2017
Rubrique : Autres écrits d’André Arru

Nous avons retrouvé récemment ce texte, un témoignage d’André Arru sur Voline [4]. Aucune indication de date, ni de destination. Ce qui n’enlève rien à son intérêt.

Voline tel que je l’ai connu

C’est le 13 février 1940 au matin que je fis connaissance avec Marseille. J’avais 29 ans, je venais de renaître, c’est-à-dire qu’insoumis, j’étrennais une nouvelle identité qui allais me permettre de continuer la lutte entreprise depuis plusieurs années. J’étais anarchiste et (...)

Extraits de correspondances
Article mis en ligne le 5 décembre 2016
Rubrique : Publication d’un choix de lettres

Jeanne HUMBERT, le 6 mai 1980 :

« Paris, le 6/5/80

Cher ami,

Je ne t’avais pas envoyé ce tiré à part d’un article paru il y a près de cinquante ans.. Seulement à titre documentaire. Et aussi comme preuve de mes activités multiples. Car, si le néo-malthusianisme, auquel je suis ralliée depuis les (...)

par ps
Article mis en ligne le 25 août 2016
dernière modification le 5 mai 2018
Rubrique : editoriaux

Édito du 5 mai 2018

"Une petite page en souvenir... par René Bianco" est le premier, par ordre alphabétique, des six témoignages d’amis ayant bien connu André, dont les textes furent accompagnés d’une courte biographie dans « André Arru, biographie et témoignages », numéro spécial de La Libre pensée autonome des Bouches-du-Rhône – Les Amis d’André Arru, avril 2003, première esquisse d’un travail de plus longue haleine devant aboutir à la réalisation du livre paru en 2004 [12].

Les autres témoignages suivront...

Bonne lecture

SKS

Article d’André Arru paru sur le n° 12/13 (Juil.Oct.1972) de "La Libre Pensée des Bouches-du-Rhône"
par SKS
Article mis en ligne le 7 août 2016
Rubrique : André Arru, articles publiés dans la presse libertaire, pacifiste, libre-penseuse.

1972 : au cours des Jeux olympiques d’été de 1972 à Munich, le 5 septembre des membres de l’équipe olympique d’Israël sont pris en otage et assassinés par des membres de l’organisation palestinienne Septembre noir. Bilan : onze membres de l’équipe olympique israélienne assassinés, un policier allemand tué, cinq des huit terroristes tués, les trois autres capturés.
Le 9 septembre, des avions de la force aérienne israélienne bombardent des bases de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en Syrie et au Liban faisant environ 200 victimes.

"Jamais peut-être jusqu’à présent la violence n’a eu autant cours dans ce monde" dit notre ami, blessé dans ses convictions pacifistes...
Aujourd’hui, la violence n’a pas cessé d’ensanglanter la planète.
Certains passages du texte, notamment sur les réponses aux attentats ou sur les Jeux Olympiques, sont toujours d’actualité... hélas !

Jamais peut-être jusqu’à présent la violence n’a eu autant cours dans ce monde. Jamais non plus ceux qui crient « à l’assassin » n’ont été les uns aussi retors, les autres aussi jobards.

Ce qui est remarquable, c’est que ceux qui tuent, trouvent toujours des apologistes qui provoquent ainsi la venue de (...)

par SKS
Article mis en ligne le 1er février 2016
Rubrique : Correspondances entre Arru et Voline

Saisir des documents manuscrits vieux de 70 ans ou plus n’est pas facile, surtout si l’on dispose de photocopies un peu pâles, ou sur le recto desquelles transparait le verso ! Les textes dactylographiés ne sont pas forcément plus simples à déchiffrer. D’où le temps considérable mis à publier certaines correspondances, malgré leur intérêt pour l’histoire des organisations et des militants.

Voici donc, dans l’échange André Arru/Voline, sept lettres de Voline et une seule d’André, qui semble ne pas avoir souvent gardé de double de ses missives.

Ces documents sont ceux qui nous sont parvenus, que nous avons retrouvés, conservés par André, et, pour certains, dont il avait confié des copies au CIRA de Marseille. Existe-t-il d’autres lettres de l’un comme de l’autre, nous l’ignorons.

Il nous a paru utile de joindre à cet ensemble une courte (...)

Correspondances Voline/Arru (1)
par SKS
Article mis en ligne le 1er février 2016
Rubrique : Correspondances entre Arru et Voline

Ci-dessous une courte introduction aux correspondances échangées entre Voline et André Arru. Le visiteur pourra utilement se reporter aux articles suivants :

- "Témoignage pour le CIRA" http://www.raforum.info/archivesarr...

- "Voline n’est plus" http://www.raforum.info/archivesarr...

- "Un militant exemplaire : Vsévolod Mikhailovitch VOLINE" http://www.raforum.info/archivesarr....

Voline

Vsévolod Mikaïlovitch Eichenbaum, dit Voline, habite alors une modeste chambre, au quatrième étage du 1, rue Edmond-Rostand, tout près de la Préfecture, où il doit se rendre pour contrôle à intervalles réguliers.

« Par ses antécédents politico sociaux et son origine juive, ce compagnon courait (...)

par SKS
Article mis en ligne le 1er février 2016
Rubrique : Correspondances entre Arru et Voline

Marseille, le 8 Juillet 1945

Mon très très cher ami,

La dernière fois, nos lettres se sont croisées. J’avais bien un grand désir de te répondre séance tenante, mais les circonstances m’ont obligé, au contraire, à retarder ma réponse.Tu sais que j’ai la commande du groupe de Londres pour un ouvrage sur Makhno. Imagine-toi que la tâche se présente sous un jour exceptionnellement délicat : à un tel point que j’ai dû changer totalement la façon de m’y prendre jusqu’à 4 fois… Et ce n’est que la quatrième manière qui me donne, enfin, pleine satisfaction. Or – tu dois le savoir – pour un ouvrage d’une certaine importance la façon de « s’y prendre », de commencer « par le bon bout », a une portée capitale. Eh, bien ! La recherche de ce « bon bout », plus d’autres soucis et besognes, plus un peu de fatigue, m’ont interdit de t’écrire jusqu’à ce jour, en dépit de mon impatience…

Donc, je passe à ta bonne lettre. Et je tiens, avant tout, à te dire qu’ayant lu ton premier alinéa, j’ai éprouvé un accès de joie tellement fort que j’ai dû arrêter la lecture pour quelques instants…

Ah ! Qu’il est bon de « retrouver », de « porter à 100% », de cimenter ç tout jamais une amitié !...

Oui, (...)












Statistiques du site

  • Nombre total de visites :
    90324 visiteurs
  • Nombre de pages visitées :
    249011 pages
  • Moyenne depuis 365 jours :
    9 visites par jour
  • Plus grosse journée
    le 24-07-2017
    avec 1041 visiteurs
  • Aujourd'hui :
    1 visiteurs
  • Actuellement en ligne :
    0 visiteur
  • Ce site compte : 3 auteurs 16 rubriques 113 articles 5 commentaires 45 mots-clés 3 sites référencés
  • Dernier article paru :
    le 8 juillet 2018
    "Témoignage de Roger Paon"


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.81
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2